Bienvenue au Lycée Polyvalent Léopold Elfort !

Suivi d’actualité du 23 Mars au 30 Mars 2016

Les suivis d’actualité reviennent après une petite pause due à la finalisation des TPE par nos élèves de 1ère ES. Cette semaine, ce sont les attentats de Bruxelles et leurs conséquences qui ont marqué nos élèves. Bonne lecture !

Bonjour à tous, le suivi d’actualité, que je vais vous présenter aujourd’hui s’intitule « Les attentats de Bruxelles ».

En effet, la capitale de la Belgique, Bruxelles a été frappée le 22 Mars 2016, par des attentats, et les terroristes de ces attentats sont aussi à l’origine de ceux de Paris. Ces attentats ont eu lieu là où la population est fortement présente, comme l’aéroport Zaventem et à la station de métro Maelbeek, à Bruxelles.
Le bilan de cet attentat qui a touché de nombreuses familles sont de 32 morts, 340 blessés, dont 90 sont encore hospitalisés sur 28 sites différents. Sur ces blessés et morts on ne compte pas les terroristes.
Ces terroristes qui ont frappé Bruxelles sont morts ou ont été arrêtés, cependant, 2 sont toujours en liberté. En effet tous ces terroristes proviendraient tous d’une prison puis ont été remis en liberté, et Hélène Frade affirme que c’était une défaillance et une erreur de les libérer (ces derniers proviendraient d’une cellule, celle de Verniers en Belgique).
Nous comptons au total 20 terroristes qui proviendraient du même groupe.

Si j’ai bien voulu présenter ce suivi d’actualité, qui date malgré tout d’une semaine, c’est que ces terroristes continuent encore et encore de faire apparaître ce sentiment de peur sur nous, les citoyens Européens.
De plus, cela m’a encore marqué car des familles ont été encore touchées et cela n’est pas acceptable.
Après ce qui s’est passé le 13 Novembre 2015 je n’ai pas vraiment pensé que ces derniers allaient encore refaire surface, mais en réalité on n’est pas à l’abri de cette peur. J’espère que tout cela prendra fin.

Source : www.lemonde.fr

Davy CHAN 1ère ES

La mort de la deuxième « Plus grosse tête de DAESH »

Le vendredi 25 mars 2016, le numéro deux du groupe Etat Islamique a été tué lors d’un bombardement américain en Syrie, c’est Ashton Carter secrétaire de la Défense qui le déclare lors d’une conférence de presse. Cet homme était nommé Abdel Rahmane al-Qadouli, il était le « Ministre des finances » de l’Etat islamique. Il s’occupait des affaires de financement et était en lien avec des complots extérieurs. Cela fait déjà la deuxième élimination de grand dirigeant de l’EI dans le mois de mars, au début du mois il y a eu aussi « Omar le Tchétchène » qui était leur « Ministre de La défense ».

Mon choix de sujet est dû au fait que quelques jours après les attentats de Bruxelles, les forces militaires qui combattent contre l’EI sur leurs territoires redoublent d’efficacité pour faire tomber l’EI.

Je pense que cela va donner un coup à l’organisation de l’Etat islamique car ils perdent petit à petit leurs hauts dirigeants. Ceci pourrait aussi les freiner dans leurs projets et peut-être bien plus.

Sources : Le Monde, Libération

Mac-Lenny 1ES

Le suspect français arrêté aux Pays-Bas refuse son extradition vers la France.

Le Mardi 29 mars 2016, d’après les journalistes, le français qui avait été arrêté le 27 mars à Rotterdam et qui est soupçonné d’être impliqué dans la préparation d’un attentat en France, s’oppose à son extradition demandée par Paris, a indiqué mardi le parquet d’Amsterdam dans un communiqué. L’homme de 32 ans nommé Anis B, identifié par les médias néerlandais, va rester en détention aux Pays-Bas et la justice a désormais 90 jours pour examiner la demande d’extradition qui est transmise par la France, a précisé le parquet. Ce Français, né à Montreuil, près de Paris avait été interpellé dimanche à Rotterdam à la demande de Paris . Et donc selon le parquet néerlandais, Anis B est impliqué dans une organisation criminelle liée à un projet terroriste, il est soupçonné d’avoir été mandaté par l’Etat Islamique pour commettre un attentat en France avec Reda Kriket, un ex-braqueur arrêté ce jeudi en France, deux jours après les attentats de Bruxelles et moins d’une semaine après l’arrestation dans le capitale belge de Salah Abdeslam, suspect clé des attentats de Paris.

J’ai choisi cet événement car il y avait eu un autre attentat à Bruxelles, dont le bilan officiel des deux attaques terroristes, donné mardi soir est de 32 morts (auxquels s’ajoutent les 3 kamikazes) et 350 blessés. En effet, les multiples visages de la filière franco-belge ont été détectés.

J’ai été informé par la chaîne France 24 direct.

Jeneson ARIMIAWARE 1ere ES